couv web

La mort de L'éphémère.

Cet album est certainement l'un de mes meilleurs livres ( ça vaut ce que ça vaut ) et un des plus appréciés de pas mal de libraires, un album pour lequel j'ai eu le prix chronos, prix que l'on décerne aux auteurs qui traitent de sujet tel que la mort, la vieillesse, la maladie ou autres difficultés de la vie, sujet difficile à expliquer aux enfants et dont parfois un petit album aide un peu à faire comprendre, aide un peu à accepter, aide un peu à se sentir moins seul. En tout cas c'est ce que j'en conclu à travers toutes ces lettres, mails, critiques ou autres rencontres en dédicaces ... si touchantes.
C'est le livre par excellence où je me disais, que ... j'étais dans le vrai.
Mais bon faut croire que cela manque de dauphins, de poneys ou autres princesses. Car je viens d'apprendre qu'il ne sera pas réimprimé car les ventes annuelles ne sont pas suffisantes, en effet il ne dépasse pas la barre des 1000 exemplaires vendus par an, il n'est donc pas rentable. Alors là tout d'un coup au bout de 7 ans, on oubli sa spécificité, tout le bien que l'on en pensait, les ventes à l'étranger ... ha ! les compliments ... vous entendez le vent ?
Et oui ... un livre est avant tout un business, et un bon livre ne fait pas pour autant des ventes, du moins suffisantes ... et a contrario y a qu'à voir le nombre de "merde" qui se vend en très grand nombre tout les jours ...
C'était écrit, " L'éphémère " n'était pas fait pour durer, mais cela m'aura permis de laisser sur ce livre un petit mot à mon fils: " Louis croque la vie comme une pomme, mange même le trognon"
Mais bon après la colère je repartirai au combat, toujours pour essayer de proposer des histoires sans poneys ni dauphins.